an online Instagram web viewer

« Mourir, partir, revenir... Le jeu des hirondelles » est un roman graphique dans lequel Zeina Abi Rached met en scène un épisode de son enfance durant la guerre du Liban (1975-1990). Les illustrations sont en noir et blanc, ce qui crée une ambiance pesante et menaçante rappelant les horreurs de la guerre. Nous vivons avec les personnages de la bande dessinée l’angoisse dans l’attente de la fin des bombardements. Familles, voisins, amis, tous différents les uns des autres, sont réunis dans un même immeuble, ou plutôt dans l’entrée de l’appartement de la narratrice, une petite fille attendant le retour de ses parents bloqués par les tirs d’obus un peu plus loin. La vision enfantine et innocente de cette dernière atténue la gravité des événements, et nous transmet l’atmosphère de convivialité qui règne sur l’assemblée des personnages solidaires. Ils se remémorent des souvenirs, cuisinent, jouent à des jeux, déclament Cyrano de Bergerac... L’inquiétude et la peur sont alors remplacées par l’humour des habitants de l’immeuble. J’ai particulièrement aimé l’introduction de termes (surtout en arabe) relatifs à la mémoire collective des libanais et à leur patrimoine. (« Sfouf , "tobboch tobboch" , moteur , Kaak , Corniche... »). . • L’histoire est simple mais tellement touchante. Zeina Abi Rached nous dessine en quelques pages le Liban dans toute sa diversité, et nous fait découvrir, malgré la guerre, la beauté de ce pays chaleureux.

84 Likes: